Step invite salariés seniors et PME à échanger leurs savoir-faire.

Permettre à des salariés de petites entreprises d’un même territoire de s’échanger des compétences, en gardant leur salaire, leur contrat de travail et en toute transparence pour les employeurs : c’est le principe du dispositif Step – seniors, territoire, emploi, performance —, expérimenté à Troyes et en Thiérache.

Bénéficier de l’appui et des conseils de seniors ; « une expérience très positive », pour Marina Ravignot, qui vient de créer une enseigne de restauration rapide russe. Pour conduire ses entretiens d’embauche, elle a reçu l’aide ponctuelle d’une DRH expérimentée. Pour régler des problèmes de plannings et d’organisation, elle a été conseillée par une restauratrice, ex-responsable formation dans une chaîne de fast-food. « Ces conseils valent de l’or, commente la jeune chef d’entreprise. En deux après-midi, j’ai eu toutes les réponses à mes questions, cela m’a permis de gagner du temps et d’éviter pas mal d’erreurs de débutant. »

Ce « tutorat-coaching », sur mesure et gratuit, a été mis en place dans le cadre d’un système d’échange de savoirs géré de manière expérimentale par la CCI de Troyes. Ce n’est pas un outil informatique, c’est bien une personne qui fait le lien. Ce système appelé Step senior, territoire, emploi, performance-organise le transfert de compétences des salariés de PME vers des salariés ou des directeurs de TPE d’un même territoire, et a été créé originellement par l’Opca de la coopération agricole Opca 2 (lire p.14).

Depuis le début de l’expérimentation au printemps 2012, une trentaine d’entreprises, de 3 à 200 salariés, ont participé à un échange pour donner ou recevoir des compétences : quinze échanges ont donc eu lieu, mais une liste de compétences et de besoins exprimés n’a pas trouvé preneur pour l’instant. « Les demandes concernent moins le cœur de métier que les fonctions transverses ; bureautique, informatique, RH », constate Dominique Delache, animateur de l’expérimentation en Thiérache, un territoire entre la Picardie et la frontière belge.

Les échanges sont de nature diverse. Une assistante qui éditait une lettre d’information sous Word a appris avec un professionnel de la communication )à utiliser le logiciel Publisher ; un directeur général souhaitant racheter une société a rencontré un chef d’entreprise ayant connu cette situation ; ou encore, une assistante nouvellement embauchée a reçu l’aide d’une responsable qualité qui l’a guidée dans l’archivage et le classement de documents de traçabilité.

Réponses à des besoins très concrets

En pratique, un animateur de système d’échange contacte les entreprises, les aide à exprimer leurs besoins ou ressources disponibles, s’assure que le tuteur a une expérience suffisante et une capacité à faire, et assiste au premier échange : « Les échanges fonctionnent bien pour les besoins très concrets, qui peuvent être traités en trois ou quatre heures », précise Dominique Delache. Si nécessaire, une formation peut être proposée au tuteur afin de l’aider à transmettre ses compétences. « Pour l’entreprise qui prête un salarié, c’est une manière de valoriser et de motiver les seniors, elle peut d’ailleurs inscrire cette action dans son plan seniors, certaines profitant de cette expérience pour développer le tutorat en interne », complète Jean Dalichoux, du cabinet Asparagus qui a conduit le projet en Thiérache.

Évolution du projet

L’expérimentation a néanmoins démontré qu’il était intéressant de prendre quelques libertés avec le projet initial ; les tuteurs ne sont pas toujours des séniors, et les échanges se font autant d’une PME vers une TPE qu’en sens inverse. « On a trouvé pertinent d’instaurer une réciprocité, de faire en sorte que les entreprises qui reçoivent mettent aussi leurs compétences à disposition du réseau », explique Marion Lassus, qui anime la plateforme à la CCI de Troyes.
C’est exactement ce qui a été mis en place entre une SSII de 40 salariés et une petite entreprise. La SSII l’a aidée dans la gestion de ses stocks en réalisant un outil informatique sur mesure, avec les indicateurs dont elle a besoin. En échange de quoi, la SSII va recevoir l’appui de la DRH d’une tierce entreprise pour aider la comptable dans ses nouvelles fonctions de gestion du personnel : « Notre comptable a déjà suivi une formation, il lui manque seulement un aspect pratique, un échange d’expériences », précise Thierry Deltour, DG de la SSII.

En trois demi-journées maximum, Step répond donc à des besoins très ciblés « auxquels ne répondrait pas une formation classique. Mais ce service rendu doit être limité dans le temps, sinon, on prend le travail d’un prestataire », souligne Thierry Deltour. Quand le besoin exprimé relève davantage d’une formation plus longue, l’animateur de la plate-forme oriente l’entreprise vers les interlocuteurs adéquats. « Cela nous permet de détecter des besoins de formation dans les petites entreprises et d’y répondre au mieux », ajoute Marion Lassus.

Un échange Step peut également constituer un premier pas et inciter l’entreprise à poursuivre sa démarche par une prestation payante. « Cela peut aider les petites entreprises à se structurer en termes de qualité et d’obligations légales », estime Thierry Deltour.

Création de Liens durables

Les retours sont donc très positifs de part et d’autre, les compétences acquises sont directement opérationnelles et des liens durables se créent entre les entreprises participantes. Alors que l’expérimentation touche à sa fin, la question se pose désormais de pouvoir pérenniser le dispositif, voire de l’étendre à d’autres régions. Les maisons des entreprises seraient légitimes pour le faire, mais disposent de faibles moyens financiers, les CCI seraient peut-être intéressées, mais estiment qu’il faut encore le tester localement.

D’autres questions vont se poser : celle de la gratuité, de l’ouverture aux grandes entreprises, de l’intégration dans les contrats de génération… Bref, une affaire à suivre.
Mariette Kammerer

Un OPCA à l’origine de STEP

La paternité du dispositif Step – Senior, territoire, emploi, performance – revient à l’Opca de la coopération agricole Opca 2, qui a depuis fusionné avec Agefaforia pour créer Opcalim. Dans le cadre de la charte des industries agroalimentaires en 2009, cet Opca devait proposer des actions innovantes en matière de GRH. Opca 2 avait alors estimé qu’il fallait inclure les seniors dans le projet. « L’idée était de répondre aux besoins en compétences des TPE, qui, souvent, n’ont pas le temps de former leurs salariés, et de permettre à des PME de valoriser leurs seniors en les mettant ponctuellement en position de transmettre leur expérience, le tout en favorisant les échanges à l’échelle d’un territoire », explique Odile Chardenot-Fradin, qui a suivi le projet à Opcalim.

La Thiérache, territoire rural à la frontière belge, et Troyes, plus urbain, ont été choisis « pour leur maillage de petites entreprises et parce qu’il existait déjà des structures de coopération sur lesquelles s’appuyer –maison des entreprises, groupement d’employeurs – et une dynamique d’échanges locaux », indique Jean Dalichoux, du cabinet Asparagus qui a conduit le projet en Thiérache. Ce dernier a rencontré une quarantaine d’entreprises, dont la plupart se sont montrées intéressées par le principe d’échange. Il a recensé leurs besoins et ressources en compétences et a amorcé un travail de mise en relation. Très vite, le projet a dépassé la branche de l’agroalimentaire pour devenir interprofessionnel.

Soutien politique

« Les trois axes que nous avions mis en avant – seniors, TPE et animation de territoire — ont rencontré un fort soutien politique qui nous a encouragés à poursuivre », ajoute Odile Chardenot-Fradin. L’Opca a obtenu de l’État le financement de deux demi-postes pour animer les plates-formes d’échanges, l’une portée par la maison des entreprises (en Thiérache), l’autre par la chambre de commerce et de l’industrie (à Troyes).

Très vite s’est posée la question du financement ; fallait-il faire payer les entreprises qui bénéficient du dispositif ? « Nous voulions un système souple et facile à mettre en place, nous avons donc opté pour la gratuité, dans une logique d’échange de services, et cela n’a pas posé de problème aux entreprises », rapporte Jean Dalichoux.

Encadré par la loi Cherpion de juillet 2011, le prêt de main-d’œuvre à but non lucratif permettait cette souplesse. « Mais l’adoption de cette loi a relancé le débat sur la gratuité, s’en est fallu de peu que le projet ne soit enterré pour cause de concurrence déloyale », rappelle Odile Chardenot-Fradin. Pour être en accord avec la loi, l’entreprise qui met à disposition un salarié doit signer un avenant à son contrat de travail et un formulaire d’adhésion au dispositif.

source : Entreprise & Carrières n°1114 – du 16 au 22 octobre 2012 | auteur : Mariette Kammerer